Benoît Grévin – Une lettre sur les invasions mongoles de 1238-1242 dans les “Flores dictaminum Petri de Vineis”

Une lettre de la collection dite Flores dictaminum Petri de Vineis présente une description scénique de l’invasion de l’Europe par les Mongols et des craintes qu’elle suscite. Est-il possible de la contextualiser ?

Les Flores dictaminum Petri de Vineis, étudiées dans le cadre du programme Dictamina, sont une summa dictaminis composite, placée par son compilateur sous l’autorité de Pierre de la Vigne alors qu’elle n’a que peu de rapports directs avec les textes créés par la chancellerie sicilienne. Conservées dans cinq manuscrits sous leur version intégrale (avec un maximum de 223 lettres), les Flores s’ouvrent sur la première lettre des recueils classiques de Pierre de la Vigne (Collegerunt pontifices, PdV I, 1), mais ne contiennent qu’une poignée de pièces remontant à cette tradition, ou aux collections circulant sous le nom de Thomas de Capoue, de Transmundus et de Richard de Pofi. La vaste majorité des textes contenus dans les Flores, inédite, semble avoir été composée dans des lieux différents, avec un bloc nord-italien, lié à Parme et remontant au moins pour certaines pièces au milieu du XIIIe siècle, et d’autres sections liées à la France et à l’Allemagne, d’origine sans doute plus tardive. Cet assemblage composite n’a guère attiré les historiens, car la majorité des textes sont des lettres-modèles qui ne contiennent pas d’information factuelle, et qui reprennent des « topoï » de communication monastique ou sociale relativement banals : échanges entre pères et fils, entre religieux ou entre religieux et laïcs, liés à des situations typiques. Certains de ces textes touchent toutefois à des événements précis.

La lettre présentée ici, la cinquante-cinquième de la collection (contenue également dans trois autres manuscrits de collections de lettres de Pierre la Vigne atypiques, les 212, 221 et 233 du Handschriftenverzeichnis de Hans Martin Schaller), montre en effet que le matériel contenu dans cette summa peut receler un intérêt dépassant celui, en fait déjà grand, de permettre d’étudier la modélisation de la communication sociale par les techniciens de l’écrit médiéval. Lettre-modèle ou reflet modélisé d’une lettre véritablement expédiée, elle a été composée dans le contexte des invasions mongoles, au moment où les troupes de Batu, après avoir dévasté la Russie, ravageaient la Pologne et le royaume de Hongrie (fin 1240-début 1242) et atteignaient les frontières de l’Empire, opérant des incursions en Autriche et en Moravie. La mention des confins de l’Allemagne suggère cette fourchette chronologique.

Champ de bataille de Mohi lieu de la défaite principale des Hongrois face au Mongols en 1241

Si la lettre ne livre guère d’informations factuelles, elle ne manque pas d’intérêt du point de vue de la perception du danger mongol et de ses stratégies de symbolisation. On y retrouve une rhétorique commune à un grand nombre de sources latines, avec le jeu de mots Tatar/Tartarus (Enfers), ainsi qu’une assimilation des forces diaboliques des Mongols à celles de l’hérésie, par le recours au verset 2 15 du Cantique des Cantiques utilisé dans cette optique jusque dans la fameuse bulle Exsurge Domine fulminée par Léon X contre Luther (capite nobis vulpes parvulas quae demoliuntur vineas). Dans cette rhétorique aussi classique qu’efficace, le peuple chrétien est symbolisé par la vigne, les Mongols devenant autant de renards qui la saccagent dans leurs assauts pervers. La description des Mongols comme un peuple fondamentalement impie, qui n’a pas de mystères divins, souligne toutefois au-delà de ce rapprochement implicite le choc anthropologique devant une humanité radicalement différente, et dont les codes religieux n’étaient pas traduisibles en termes de monothéisme abrahamique. Plus encore que des hérétiques, les Tatars apparaissent comme des créatures sorties des Enfers, qu’il importe d’y replonger au plus vite, selon les vœux émis par la lettre.

La mention du fait que les Mongols n’adorent que César et non Dieu doit être interprétée avec prudence. Elle fait peut-être écho à des suspicions anti-impériales de collusion de Frédéric II avec les Mongols qui circulaient alors dans certains milieux. Il reste toutefois difficile de contextualiser précisément cette lettre. Qui est l’autorité émettrice, qui exhorte une universitas (sans doute une ville) à s’armer de courage et à implorer la clémence divine pour que le fléau soit vaincu ? Il est tentant, étant donné la position du texte dans la section de la collection semblant en rapport avec la région de Parme, et la mention de l’Allemagne comme d’un espace voisin, de supposer que la lettre a été écrite en 1241-1242 dans un contexte nord-italien, par une autorité ecclésiastique (un évêque ?), à destination d’une des communes « guelfes » alors opposées à Frédéric II, de nouveau excommunié depuis 1239, et dont la déposition par la papauté (qui eut lieu en 1245) était déjà dans les esprits. Si le vague de la lettre et son absence de titulus obligent à rester prudents, ce texte n’en rend pas moins avec efficacité la terreur suscitée en Europe centre-occidentale par l’arrivée du fléau mongol aux marges des espaces allemands et à proximité de l’Italie, dans le contexte électrique du début des années 1240-1242.

Essai de traduction (voir la transcription du texte latin d’après le manuscrit BnF lat. 14172, fol. 15rv dans le pdf joint) :

Début de la lettre dans le manuscrit Paris, BnF 14172, fol. 15r

Quelqu’un décrit les ravages des Tatars et des ennemis et exhorte à exciter la divine clémence pour leur résister. Rubrique.

Voici qu’on surgi de nouveau les bêtes de guerre, qu’elles ont entrepris de détruire la vigne du Seigneur par leurs morsures, elles dont l’assaut a prévalu avec une telle vigueur que déjà pour la plus grande part les épines croissent en lieu des vignes et, ce que nous rapportons en gémissant, que le Cultivateur lui-même est offensé, quand c’est dans l’Église de Pierre même que le peuple chrétien est blessé.

En effet, ils sont venus de loin et se sont ralliés tous ensembles contre le Seigneur et contre son Christ, pour créer de nouvelles armées, je veux dire la perfide engeance des Tatars, eux qui, ouvrant la gueule béante, selon leur coutume, seront sans aucun doute renvoyés dans le Tartare. En effet quelle chose inouïe n’entend-on pas d’eux ? Ils n’adorent point d’autre Dieu que César (sic) !

Ils ne se tournent point vers les mystères divins. Ils n’obéissent à personne, mais dirigent leurs combats en toute impiété, car ils ne possèdent aucun reste de quelque piété que ce soit. Ce sont des nations terrifiantes, que ces peuples de la pire espèce, qui ont vaincu les rois et les royaumes non comme les saints, par la foi, mais en les détruisant par le glaive de la traîtrise. 

Quant à leurs néfastes actions, elles ont plongé de nombreux milliers d’hommes dans les rets de la mort. Et ils ont tant étendu le bras de leur puissance, qu’après avoir détruit d’innombrables royaumes, on les dit parvenus aux frontières de l’Allemagne, comme les nouvelles colportées par de nombreux hommes le publient, et comme les tribulations subies par les rescapés le dévoilent. Nul besoin de demander ce qu’ils souhaitent dans leurs esprits, car bien que Celui devant lequel rien ne reste secret interroge les coeurs et non les mains, pourtant les oreilles humaines jugent intérieurement les paroles telles qu’elles résonnent à l’extérieur.

Toutefois, puisque les incendies négligés prennent d’ordinaire plus de force, et puisqu’il est plus prudent d’avoir recours aux conseils d’un expert, tout comme il est meilleur de prévenir que de chercher une médecine une fois la blessure faite, étant donné qu’il n’est d’autre issue à ces atrocités que la volonté, nous requérons et exhortons votre communauté que chacun assume un esprit de courage et, qu’excitant la divine Clémence par vos prières, vous l’excitiez aussi par vos larmes, à ses pieds, de sorte qu’une fois adoucie la clémence d’un tel Juge, les ennemis iniques soient confondus, et que les lèvres de ceux qui font le mal se resserrent.  

Benoît Grévin, CNRS, CRH (Centre de Recherches Historiques, UMR 8558)

Bibliographie :

  • Hans Martin Schaller, Handschriftenverzeichnis zur Briefsammlung des Petrus de Vinea, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 2002, manuscrits des flores n° 13, 111, 168, 174, 185 (autres manuscrits répertoriés par H. M. Schaller contenant la lettre, n° 212, 221, 233). Sur cet instrument de travail, cf. https://dictamina.hypotheses.org/212

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dictamina (27 janvier 2023). Benoît Grévin – Une lettre sur les invasions mongoles de 1238-1242 dans les “Flores dictaminum Petri de Vineis” Dictamina. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nm3s


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search