Présentation

« Dictamina. Transcription et mise en ligne de sources inédites sur la communication épistolaire italienne et son influence européenne (XIIe-XIVe s.) » vise à alimenter la recherche sur la communication politique, ecclésiale et personnelle par la réalisation en équipe d’une série de pré-éditions de traités théoriques et de collections de lettres inédits explorant plusieurs zones d’ombre de l’histoire de la communication italienne et de sa diffusion en Europe : 1) la longue durée de l’histoire du développement de l’ars dictaminis en Italie, du XIIe jusqu’au XIVe siècle ; 2) l’inflexion latino-italienne de l’épistolographie à l’âge de Dante (pré-édition de divers traités théoriques et collections de lettres écrits entre 1270 et 1340) ; 3) l’impact des modèles italiens sur l’épistolographie européenne (présentation, étude préliminaire ou pré-édition de traités et de collections de lettres extra-italiens dépendants des techniques italiennes des XIIe-XIVe siècles). Il s’agit à travers l’analyse et la mise à disposition de matériels mal édités ou inédits, et grâce à l’établissement d’une veille bibliographie et pédagogique, de structurer plus efficacement un réseau de recherches international informel déjà existant, visant à redonner toute sa place aux pratiques d’écritures épistolaires antérieures à l’humanisme (et coexistant durant une longue phase de transition avec l’humanisme) généralement connues sous le nom d’ars dictaminis.

La recherche sur la communication épistolaire médiévale (fin XIe-XIVe s.) et ses modes de formalisation (révolution de l’ars dictaminis, art de la rédaction ornée s’étendant en deux vagues de l’Italie à l’Europe entre 1080 et 1300, avant de subir progressivement les contrecoups de l’esthétique humaniste) a fortement progressé depuis 2005, selon deux axes principaux. D’une part, en Italie, le programme d’édition de la Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino (SISMEL, F. Delle Donne, P. Garbini, E. Bartoli…) a permis d’éclairer les premières étapes de cette histoire (traités théoriques d’Albéric du Mont-Cassin, œuvres des maîtres Bernard et Guido, éditées par Elisabetta Bartoli, Sienne, programmes d’éditions autour de Boncompagno da Signa et Guido Faba), tandis que le programme ERC BIFLOW (« Bilingualism in Florentine and Tuscan Works », 2016-2021) d’Antonio Montefusco (Ca’ Foscari) a été en partie consacré à la question du bilinguisme épistolaire entre 1250 et 1400.

D’autre part, la constitution à partir de 2012 (colloque de Paris) d’un réseau de recherche à dominante franco-italo-allemande, co-piloté par Anne-Marie Turcan-Verkerk, Benoît Grévin et Florian Hartmann, a apporté des résultats solides à travers la création de deux instruments de travail qui font le point sur la question en la renouvelant : le collectif Grévin – Turcan-Verkerk Le dictamen dans tous ses états. Perspectives de recherche sur la théorie et la pratique de l’ars dictaminis, Brepols, 2015 présentait notamment un catalogue commenté de cent cinquante traités théorico-pratiques identifiés, largement inédits. Le manuel collectif Grévin-Hartmann Ars dictaminis. Handbuch der mittelatlerlichen Briefstillehre, 2019, fruit d’un travail en équipe de longue haleine, dresse quant à lui un panorama de la recherche sur les techniques de l’épistolographie médiévale, ses avancées et ses lacunes. Les deux volumes ont été salués par la critique. De son côté, Elisabetta Bartoli a publié un collectif qui a fait date dans la recherche sur l’épistolographie : C. Høgel, E. Bartoli (éd.), Medieval Letters. Between Fiction and Document, Brepols, 2015 (USML, 33). Une nouvelle génération d’étudiants (italiens, français, belges…) a été amenée à entreprendre d’importants travaux dans cette direction.

Mais ces recherches ont également débouché sur la constatation de goulots d’étranglement. D’une part, l’ars dictaminis est de matrice italienne, mais en Italie, la recherche se focalise surtout sur les débuts de la discipline (1080-1250). Paradoxalement, les techniques épistolographiques de « l’âge de Dante » (lato sensu : 1250-1350) restent fort mal connues, une grande partie des traités théoriques et des collections pratiques, inédite. D’importantes collections (papales, toscanes, émiliennes) post-1250 attendent encore leur édition, tandis que toutes les collections du XIIe siècle sont loin d’être publiées. D’autre part, la recherche bloque sur la question des modalités précises de diffusion de ces techniques italiennes en France, en Allemagne, en Espagne. Les chercheurs italiens ont trop à faire avec le matériel italien pour ne pas le traiter en priorité. Ailleurs, des textes majeurs restent inédits et la séparation entre histoire littéraire, philologie et « histoire tout court » conduit à négliger la problématique de transmission des techniques de rédaction épistolaire et de leur mémorialisation/patrimonialisation. On sait donc souvent encore assez mal comment l’ars dictaminis italienne a influencé l’épistolographie européenne avant l’humanisme, faute d’édition de traités et des collections de lettres-modèles représentatifs, élaborés à partir des modèles italiens dans les espaces français, ibériques, germanique.

Le projet Dictamina part de ce constat pour proposer une démarche à rebours des synthèses faisant le point sur une question à partir de sources déjà à disposition. Il s’appuie sur les apories mises en évidence pour investiguer les points noirs de l’histoire de l’épistolographie médiévale (lacunes liées aux débuts de la discipline, avant 1200, mais aussi à la seconde période italienne de l’ars dictaminis, 1270-1350 ; modalités de la transmission de l’ars en France, en Catalogne-Aragon, en Allemagne dans la longue durée des années 1160-1350) en court-circuitant le goulot d’étranglement constitué par la focalisation sur des éditions scientifiques chronophages (les programmes, une fois lancés, durent dix, quinze ans, tombent parfois dans le vide…) et tendant à se focaliser sur des zones et des époques déjà connues.

Il s’agit donc de repartir de la source en s’inspirant des méthodologies de pré-édition développées en Allemagne (travaux de M. Thumser sur les collections papales) et en Italie (éditions de l’ALIM, Archivio della Latinità Italiana del Medioevo) pour constituer rapidement une série de pré-éditions de travail légères mais de qualité, fiables, d’un ensemble de sources méconnues, à fort potentiel de recherche. Cet ensemble constituera le noyau d’un corpus capable de s’accroître au fil du temps.

Le renouvellement désiré est de deux ordres, italien et italo-européen. Italien : on revisitera certains dossiers en souffrance de la première période de la théorie et de la pratique de l’ars dictaminis (jusqu’en 1250). Par ailleurs, à travers l’étude de collections de lettres inédites, ou de collections souvent citées mais partiellement éditées, ou dont les éditions ont vieilli, des années 1270-1350 (par exemple les collections bilingues de Pietro Boattieri ; les collections de lettres romano-abruzzaises découvertes en 2005, la collection papale inédite de Bérard de Naples…), on apportera un éclairage neuf sur l’enseignement et la pratique de l’ars dictaminis épistolaire, à dominante politique mais innervant tout le spectre de la correspondance, à l’âge de Dante. L’exploration des traités et des textes inédits de deux enseignants d’ars dictaminis actifs à Sienne entre 1310 et 1350, Giovanni Odonetti et Filippo de Vicecomitibus de Pistoia, ainsi que de collections inédites de lettres lombardes du XIIIe siècle, mais aussi de l’âge de transition entre l’ars dictaminis et le latin humaniste, permettra d’autre part de jauger l’enracinement local de ces pratiques. On obtiendra une cartographie renouvelée de l’épistolographie italienne à un âge où la recherche se focalise uniquement sur le décollage humaniste Européen : à travers la description et/ou la transcription de divers traités théorico-pratiques et collections de lettres réalisés aux XIIe-XIVe hors d’Italie, mais dépendant de techniques italiennes, on se donnera en contrepoint les moyens de mieux comprendre les modalités de diffusion de techniques d’origine italienne à travers toute l’Europe lors de la première (1150-1220) et de la seconde vague (1260-1350) de diffusion hors de l’Italie de l’ars dictaminis. L’intérêt de ces travaux tient à leur réalisation sous une forme facilement diffusable et exploitable par la recherche.

Le programme prévoit la mise en ligne progressive d’un ensemble de transcriptions de bonne qualité (pré-éditions) directement consultables et téléchargeables selon différents encodages, avec une philosophie résolument utilitariste. Les transcriptions scientifiques sont réalisées en équipe (associant souvent un ou deux chercheurs seniors et un ou deux chercheurs en cours de formation), afin d’assurer une bonne cadence de travail, et on combine une logique qualitative (examen in situ des manuscrits, premier repérage des sources et des citations, textes fiables) aux exigences quantitatives (transcriptions totales ou partielles de plusieurs traités théoriques et collections de lettres donnant à terme accès à un ensemble considérable de nouveaux textes, tout en offrant une première contextualisation historique (série finale de publications électroniques commentant les premiers résultats des analyses).

Les transcriptions seront simultanément hébergées sur le carnet de recherches Dictamina et sur Hal (portail Hal de l’EfR). Le site de l’ALIM, dépendant de l’université de Sienne, sera d’autre part sollicité pour intégrer à terme (2025-2026) une partie des travaux de transcription de collections de lettres originaires d’Italie, sous une forme encodée consentant des interrogations multiples (hébergements soumis à l’accord éventuel de la direction d’ALIM). Les sites liés à l’EfR recevront et mettront en valeur des versions PDF (pré-éditions annotées et présentées scientifiquement), sur le modèle des pré-éditions de collections de lettres papales réalisées par M. Thumser, mises en lignes sur le site des Monumenta Germaniae Historica. La diffusion sera non-exclusive : si d’autres partenaires le veulent, ils pourront mettre aussi ces éditions en ligne sur leur site.

« Dictamina », projet européen, repose sur la collaboration entre quatre organismes de recherche italiens, français et allemand.

  • Aix-la-Chapelle (Aachen), Université d’Aix-la-Chapelle. Responsable Florian Hartmann.
  • Rome (Roma), École française de Rome.  Responsables Benoît Grévin, Anne-Marie Turcan-Verkerk.
  • Sienne (Siena), Université de Sienne. Responsable Elisabetta Bartoli.
  • Venise (Venezia), Université Ca’ Foscari. Responsable Antonio Montefusco.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search